Le sélectionneur des “Lions” Aliou Cissé a publié sa liste de joueurs qui doivent disputer la double confrontation contre la Namibie. Bamba Dieng et Bouna Sarr vont honorer leur première sélection.  Pour ce qui s’agit de Bouna Sarr et de la polémique qui a suivi sa sélection, Aliou Cissé assure que le joueur n’a pas fait de choix par défaut. “Je ne pense pas que le choix de Bouna (Sarr) pour le Sénégal soit un choix par défaut. Il veut jouer pour l’équipe et il a des amis ici dans cette sélection”, a déclaré le sélectionneur des “Lions” ce vendredi en conférence de presse.

Ce qui constitue un mensonge et un manque de respect notoire vis-à-vis du public sénégalais, si on remonte à pas longtemps quand l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille s’exprimait sur son premier choix.

Le 02 novembre 2018, dans un entretien avec La Provence, la réponse de Bouna Sarr ne souffre d’aucune ambiguïté quand le journaliste lui pose la question sur ses choix en équipe nationale: “J’ai pris une décision ferme, décision que je n’avais pas prise et qui apportait un peu de confusion. J’ai fait un choix définitif, je veux (il se reprend), j’aimerais, je souhaiterais jouer pour l’équipe de France. C’est clair. Il y aura des déçus du côté du continent africain, mais j’assume mes choix et je n’ai pas peur de le dire. J’ai pris le risque de louper une Coupe du monde cet été avec le Sénégal… C’est fort, je ne l’ai pas fait pour rien”.

La suite, toute le monde la connait. Bouna ne figurait même pas dans les brouillons du sélectionneur français Didier Deschamps. Et ce malgré un transfert au Bayern Munich.

“Ma mère et mon père reçoivent plein de coups de fil du pays pour que j’opte pour le Sénégal (en 2018)”.

Autre mensonge et manque de respect de Aliou Cissé ce vendredi en parlant de la sélection de Bouna Sarr: “Je n’ai jamais supplié un joueur de venir jouer pour l’équipe nationale du Sénégal”.

Dans le même entretien que le joueur a accordé au média français en 2018, il disait ceci: “C’était juste avant leur sélection pour le Mondial. Il (Aliou Cissé) a écouté, il a respecté et compris ma décision. J’ai été honnête avec lui. J’ai bien aimé sa démarche. C’est toujours flatteur (…) Ma mère est guinéenne, mon père sénégalais. Ils sont encore plus sollicités que moi, ils reçoivent plein de coups de fil du pays, de la famille, qui poussait pour que j’opte pour le Sénégal avant la coupe du monde. Ce n’est pas facile pour eux, mais ils savent que la décision me revient ; ils ne m’ont jamais mis la pression, ils ont toujours respecté mes choix et on a souvent pesé le pour et le contre ensemble. Que je joue pour la Guinée, le Sénégal ou la France, il n’y aurait pas eu de conflit. Je suis né ici, ils sont français aussi, ça restera une fierté si ça arrive”.

Ce qui veut clairement dire que Aliou Cissé a couru derrière Bouna Sarr pour le sélectionner pour le Mondial de 2018. A contrario de ce qu’il a voulu faire croire à l’opinion lors de sa conférence de presse de ce vendredi. Affirmer que Bouna Sarr n’a pas fait de choix par défaut en optant de répondre à la sélection sénégalaise est un ramassis de contrevérités. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici