Une nouvelle initiative sur l’intégration du capital naturel dans le financement du développement en Afrique sera lancée le 9 septembre prochain par la Banque africaine de développement (BAD).

Ce Programme, qui a pour but l’intégration des approches du capital naturel dans le financement du développement sur le continent africain, s’étend sur la période 2020-2022. 

Vanessa Ushie, directrice de la division de l’analyse des politiques au Centre africain des ressources naturelles de la BAD souligne que la prise en compte du capital naturel dans le financement du développement est essentielle pour la reprise post-Covid-19.

Selon elle,  la BAD reconnaît que les approches fondées sur la nature sont essentielles pour lutter contre les urgences liées à la biodiversité et au climat. « Elle déploie ses efforts pour intégrer le capital naturel dans le financement des infrastructures, les investissements et les politiques économiques en Afrique », a annoncé Mme Ushie.

Le capital naturel, qui comprend les sols ou les ressources de stockage de carbone comme l’eau et la pêche, représente entre 30 % et 50 % de la richesse totale des pays d’Afrique, bien que n’étant pas souvent pas pris en compte dans les mesures économiques comme le calcul du PIB.

Oumou Khaïry Dia 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici